60 pages reliées par un ruban
Couverture avec rabats.
impression couleur.

Le point de départ du récit, ce sont les histoires que le poète Ossip Mandelstam racontait à ses compagnons de prison pour survivre.
Où l’on y apprendra aussi que le français est la langue de l’eau, l’anglais la langue des pierres, le polonais celle des feuilles, le russe celle du bois et de la souffrance, le portugais la langue des fleurs et du travail.
Où l’on lira la  » légende de l’homme de l’eau » et s’interrogera sur le pouvoir des mots et des histoires.
Du pont Mirabeau aux geôles de la Kolima.

Livre faisant partie d’un ensemble de 4 spectacles, expositions et livres d’artistes ,  » Les vies en soi  » – qui sont autant de voyages dans les objets et les livres. Dans le spectacle lié à  » L’appartement à trous « , sur une table aux multiples tiroirs, Patrick Corillon redonne vie à des cahiers de dessins réalisés par des prisonniers condamnés à une mort certaine. Leurs dessins de personnages et de paysages accompagnaient les histoires qu’ils se racontaient pour garder espoir.

L’appartement à trous

Date de publication: 2013

Format: 24,5 x 18 x 1,5 cm

Tirage: 500 ex

Auteur : Editions du Corridor

Prix : 30 €

Pas encore de choix

Retour haut de page